Club de la Presse de Bretagne

La maison des journalistes et des professionnels de la communication de bretagne


Naissance d’un nouvel hebdomadaire : Le journal de la Bretagne.

23 février 2018

Erwan Chartier, journaliste et ancien responsable des éditions à Coop Breizh lance cette année un nouvel hebdomadaire en Bretagne.

Vous lancez Le journal de la Bretagne, un nouvel hebdomadaire. En quoi consistera-t-il ?

– On avait envie de lancer un nouveau média, un hebdo généraliste, pas seulement sur le web : un journal papier. Il y a de la place pour un hebdo qui ne concurrencerait pas les quotidiens très départementalisés comme Ouest France, Le Télégramme ou Presse Océan. Nous pensons qu’il y a un public pour ce type de média. Il y a aura des infos générales, des infos locales, mais aussi une rubrique magazine. On compte également réaliser des enquêtes et consacrer des dossiers à de grandes thématiques régionales, sans oublier la contribution des éditorialistes. On a envie d’être positif, parler des grands enjeux politiques, économiques ou culturels. Pour cela, nous allons recruter une dizaine de journalistes et faire appel à des pigistes.

Quel est votre modèle économique ?

– Nous souhaitons atteindre le chiffre de 10 000 exemplaires sur toute la Bretagne chaque semaine. Nous avons derrière nous un groupe d’investisseurs qui nous soutient. Par ailleurs, nous avons racheté en début d’année Le Poher, l’hebdo du centre-Bretagne, qui appartenait au Télégramme. Nous sommes désormais une équipe de 4 journalistes, dont je suis le rédacteur en chef. Cette équipe constituera une base solide pour notre futur hebdomadaire, qui sera lancé après l’été.

C’est une offre nouvelle  dans le paysage de la presse ?

En Bretagne, il n’existe pas véritablement d’hebdomadaire régional. Cela existe en Normandie, en revanche. En plus du papier, nous ne négligerons pas l’offre sur le web, dont une partie sera payante. Cela nous permettra d’être plus réactifs mais aussi de proposer des articles de fond, avec une vraie valeur ajoutée. On compte sur les abonnements, mais aussi sur la publicité et le soutien de forces vives. On est un groupe indépendant qui peut se permettre de faire des choses.

Propos recueillis par Anna Quéré

Réseaux sociaux
© Club de la Presse - Mentions légales