Club de la Presse de Bretagne

La maison des journalistes et des professionnels de la communication de bretagne


Prix Pleven : la presse hebdo a bien des talents

13 septembre 2018
Etienne Caignard, président de l’association des hebdomadaires bretons (à gauche) avec les lauréats du prix Pleven et deux des membres du jury: Jean-Michel Le Boulanger, 1er vice-président, chargé de la culture et de la démocratie régionale et Solenne Durox, journaliste.

Autour d’Etienne Caignard, le jury du Prix Pleven 2018 a remis vendredi les trois prix attribués à des journalistes de la presse hebdomadaire bretonne (28 titres). En n° 1, « Les lettres oubliées d’un poilu pontivyen », racontées et illustrées par Eric Le Dorze, 55 ans, ancien d’Ouest-France qui travaille à Pontivy Journal depuis 1996. Une belle exclusivité, négociée avec l’arrière petit-fils d’un Pontivyen qui avait expédié près de 200 lettres depuis le front, entre août 1914 et juillet 1915. « J’ai passé des heures à les lire, ressentant avec lui ses souffrances. J’ai voulu qu’on soit avec lui, et avec sa femme, Mathurine, qui attendra cinq ans avant d’apprendre officiellement le décès de son mari. » La petite boîte en fer qui contenait les lettres s’est révélée un trésor d’humanité.

En n° 2, Nathalie Bot-Jaffray (Presses d’Armor), 44 ans, a mis en valeur le savoir-faire des maîtres verriers de Bréhat, qui brille sur le marché international. « Je crois au développement local et j’ai voulu écrire une belle histoire de transmission entre un père, qui avait fait un pari un peu fou, et un fils qui reprend le flambeau en réinscrivant ce beau métier dans la Bretagne d’aujourd’hui. »

En n° 3 (ex-aequo), Faustine Sternberg, 27 ans, au Poher depuis huit mois, a réalisé un reportage en immersion avec les passagers du train Carhaix-Guingamp, sur une des deux dernières lignes bretonnes, soutenues par la région hors SNCF. Au plus près des usagers quotidiens, des choses vues et entendues, appuyées sur deux éclairages. Le dossier réalisé avec Erwan Chartier, résonne comme une alerte sur un service public indispensable au territoire. La remise des prix a été l’occasion d’un débat sur l’avenir des hebdomadaires, qui connaissent souvent des difficultés de distribution et sont en quête de revenus sur le numérique. Florent Rimbert, du syndicat de la presse hebdo, nous a appris , au passage, que 54% des lecteurs sont des actifs. Loin des clichés et plutôt rassurant.

Paul Goupil

Réseaux sociaux
© Club de la Presse - Mentions légales