Le Défenseur des droits s’engage pour la liberté la presse

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Rennes, le 15 janvier 2019

Saisi par le Club de la Presse de Bretagne en juin 2016, lors des violences policières commises à l’encontre de plusieurs journalistes en marge d’une manifestation contre la loi Travail à Rennes, le Défenseur des Droits, Jacques Toubon, vient de rendre sa réponse. Il souligne l’usage disproportionné de la force et recommande l’adoption de mesures disciplinaires à l’encontre du brigadier-chef à l’origine des violences.

En juin 2016, dans le contexte des manifestations contre la loi Travail, le Club de la Presse de Bretagne avait saisi le Défenseur des droits pour dénoncer les violences policières commises à l’encontre de plusieurs journalistes en marge d’une manifestation à Rennes. Cette initiative avait conduit les coprésidents du Club à être reçus quelques jours plus tard par le ministre de l’Intérieur de l’époque, Bernard Cazeneuve, lors d’une réunion place Beauvau en présence des représentants des syndicats de journalistes.

Après une minutieuse instruction et l’audition des différentes parties prenantes, le Défenseur des Droits Jacques Toubon a informé le Club de la Presse de sa décision, portant la référence 2018- 292, en date du 21 décembre 2018.

Dans ce document de huit pages très argumenté, le Défenseur des droits reconnaît qu’un des journalistes a été frappé sans que le contexte le justifie et il demande des sanctions disciplinaires à l’encontre du brigadier-chef à l’origine de ces violences. Il transmet cette décision au ministère de l’Intérieur.
Pour étayer sa position, le Défenseur des droits fait explicitement référence à la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen. Il « rappelle que la liberté de la presse est l’un des principes fondamentaux des systèmes démocratiques qui repose sur la liberté d’opinion et la liberté d’expression ». Il recommande à nouveau aux journalistes de s’identifier clairement lors des manifestations, à l’aide d’un sigle ou un brassard « presse », ce qui était d’ailleurs le cas en juin 2016.

Le Club de la Presse de Bretagne se félicite de cette décision, et tient à souligner la qualité du travail mené en toute indépendance par les services du Défenseur des droits, qui fait honneur à la démocratie.
Dans le contexte actuel du mouvement des Gilets jaunes, et alors que les journalistes rencontrent des difficultés croissantes à exercer sereinement leur métier d’informer, le Club de la Presse de Bretagne réaffirme avec force son attachement à la liberté de la presse et sera toujours aux côtés des journalistes victimes de violences dans l’exercice de leur profession, d’où qu’elles viennent.

Le Club de la Presse de Bretagne

Lire aussi la tribune au « Monde » de Vincent Lanier, responsable national du SNJ, qui interpelle les Gilets jaunes et certains politiques, à propos d’une « escalade » qui met en danger la liberté d’expression.

Pour plus d’informations, contacter le Club de la Presse de Bretagne :
accueil@clubpresse-bretagne.com
Tel : 02 99 38 60 70

Laisser un commentaire