Philippe Simon, journaliste pour L'actu en classe: "Nous sommes un média entre l'élève et l'information"

On les dit peu intéressés par l’actualité des journaux, plutôt scotchés aux réseaux sociaux. Et pourtant les jeunes s’intéressent à l’information, à condition qu’elle soit présentée de manière attractive. C’est le pari que veulent relever les journalistes qui proposent une offre à l’intention des scolaires. Philippe Simon qui écrit pour le site L’actu en classe nous l’explique.

Journaliste, vous avez été détaché par Ouest-France pour créer du contenu numérique à l’intention des jeunes. Expliquez-nous votre travail …
« A la fois sur le site L’actu en classe et sur Dimoitou news*, journal numérique pour les 7-12 ans, nous essayons d’être un media qui ouvre le monde de l’école au flux des informations. Nous voulons tracer un chemin, une manière de se repérer. Mon job, c’est de relier des morceaux de connaissances,  d’intégrer l’Histoire, le temps long, de trouver le lien qui va faire que l’élève va s’accrocher à un sujet. Et cela de manière attractive, avec des images fortes, des bulles de 30 lignes, des infographies. L’enseignant, lui, va disposer de fiches pédagogiques en lien avec son programme.  »

Des exemples de dossiers?
« Les migrations depuis 1945. Nous rappelons que l’Europe de l’ouest, après 1945, a fait appel à une main d’oeuvre venue de l’est, qu’à la fin des années 70, nous avons accueilli des boat people. Donc, le  phénomène n’est ni nouveau, ni lié à une seule zone géographique. Le dossier sur Hastings (la victoire en 1066 du duc de Normandie sur le roi d’Angleterre) est traité en français et en anglais, et il intègre bien sûr la dimension historique. Or la réforme du collège prévoit l’interdisciplinarité. Notre futur dossier, Les cent ans du jazz, unira musique, langue américaine et histoire. On racontera que le jazz est arrivé en France, d’abord à St Nazaire en 1917, avec les soldats américains. On montrera aussi que cette musique est née du croisement entre musiques européennes et africaines. »

Vous avez enseigné pendant 15 ans avant d’être journaliste: un atout?
« Oui, je fais ce que j’aurais voulu faire comme enseignant. J’ai enseigné en primaire et en classes de perfectionnement, j’ai écrit des livres pour enfants. Face à des jeunes qui zappent, profs et journalistes, nous avons le même enjeu: aller chercher les jeunes, là où ils sont, même s’ils sont hors  de l’univers des connaissances. C’est un engagement citoyen: j’ai la conviction qu’un enfant qui n’ose pas lire un poème n’y accédera pas si on ne le met pas à sa disposition de façon séduisante. Arrêtons de dire que l’école va mal, intéressons-nous à ceux qui sont loin d’elle. Les enfants lisent moins? A nous de mettre à leur disposition des contenus riches, avec la rigueur qu’on attend des journalistes. »

Recueilli par Paul Goupil
Photo de Philippe Renault

* Dimoitou News, l’édition numérique sur l’actualité à destination des
7-12ans, est sortie le 4 janvier à 17h