Baromètre des médias, les Français veulent une «information vérifiée»  

S’informant de plus en plus sur les réseaux sociaux, huit Français sur dix s’estiment ainsi exposés aux fausses nouvelles, d’après les résultats du baromètre annuel « La Croix » Kantar Sofres/Kantar Média sur la confiance dans les médias. Ils attendent des médias qu’ils jouent un rôle important lors de la présidentielle, pour fournir une « information vérifiée ».

Un défi que les médias veulent relever. À l’orée d’une année électorale majeure dans un contexte de montée des populismes, l’intérêt des Français pour l’information enregistre son plus mauvais score en trente ans. Seuls 64 % (- 6 points sur un an) des Français déclarent s’y intéresser, avec une désaffection marquée des jeunes (56 %) et des moins diplômés (58 %). La confiance dans l’information relayée par les différents médias est elle aussi historiquement basse, particulièrement pour la télévision (41 %, – 9 points), seule la radio restant majoritairement jugée fiable (52 %, – 3 points).

Dans ce contexte, la perception de l’indépendance des journalistes vis-à-vis du pouvoir atteint son plus mauvais score, 24 % des Français seulement jugent qu’ils résistent aux pressions. Après l’élection de Trump aux Etats-Unis, les médias se sont interrogés et ont engagé une réflexion collective: des télévisions, radios, magazines et journaux – dont La Croix qui a lancé trois semaines d’enquêtes reportages en régions, France Info, BFM, l’AFP – ont annoncé qu’ils couvriraient la campagne présidentielle en laissant davantage de place aux reportages sur les Français et en privilégiant une information vérifiée plutôt que le « direct ».

Au lendemain de la victoire imprévue de François Fillon à la primaire de la droite et du centre, Le Parisien avait pris les devants, en renonçant à commander « des enquêtes d’opinion pendant la campagne pour privilégier le journalisme de terrain ». D’autres médias, comme l’AFP ou les stations de Radio France, affirment vouloir scruter la méthodologie et l’apport réel d’un sondage avant de le publier.

Source: la Croix
Infographie