Dans les ateliers d’écriture de la ZEP, le travail enrichissant d’une journaliste Trois questions à … Hélaine Lefrançois

Hélaine Lefrançois, journaliste indépendante, parle de son travail auprès de lycéens, dans le cadre de la Zone d’expression prioritaire.

C’est quoi la ZEP (Zone d’Expression Prioritaire) ?

– C’est à la fois une association et un média qui donne la parole aux jeunes de 14 à 28 ans. Il a été créé en 2015 par deux journalistes, Emmanuel Vaillant et Édouard Zombeaux. Des journalistes professionnels se rendent dans des collèges, des lycées, des missions locales, et accompagnent des jeunes dans l’écriture d’un témoignage. Une partie des textes est publiée, avec l’accord des jeunes et parfois de manière anonyme, sur le site de la ZEP et sur des médias partenaires comme Libération ou Ouest-France.

Votre travail d’accompagnatrice ?

– Actuellement au lycée rennais de Bréquigny, j’anime un atelier de cinq fois deux heures auprès d’une classe de BTS.
Le but est de faire émerger des histoires personnelles qui ont une vocation universelle. Pour cela, nous cherchons à instaurer un climat de confiance avec des jeux d’écriture et nous faisons un travail d’accompagnement individuel. Nous les aidons à trouver un sujet, à creuser des passages de leur texte pour aller plus loin. L’exercice sort du cadre scolaire.

Qu’en retirez-vous à titre personnel ?

– C’est intéressant de discuter avec ces jeunes, de voir ce qui les anime, les préoccupe. Au début, certain.e.s disent : « ma vie n’est pas intéressante » mais en partant de leur vécu, on va trouver un sujet qui résonne avec des sujets de société. L’écriture peut aussi être thérapeutique, par exemple dans les affaires de harcèlement. Pour d’autres, c’est une fierté de voir son texte publié.

Propos recueillis par Paul Goupil