Échangeons, partageons

Dans ce contexte très particulier de confinement, le Club de la Presse souhaite mettre en accès libre le contenu de sa newsletter, La UNE, habituellement réservé à ses adhérents.

« Les idées, elles, ne sont pas confinées ! » Cette heureuse formule d’uneconsœur brestoise, active au sein du Club, nous voulons la faire vivre grâce à cette newsletter, grâce aussi au groupe de discussion ouvert pour les adhérents sur WhatsApp. Depuis le 17 mars, et l’annonce du confinement par le gouvernement, notre quotidien – professionnel et personnel – a changé. Pour les journalistes, comme pour les professionnels de la communication, le télétravail s’est imposé, la présence physique dans les bureaux étant réduite au strict minimum, et les mesures de précaution appliquées avant même le 17 mars. Nous donnons la parole à trois responsables de médias régionaux, d’autres suivront.

Michel Dumoret , directeur de France 3 Bretagne

« Ici tout le monde joue le jeu, tous ceux qui peuvent télétravailler le font. La régie est fermée, nous poursuivons notre mission d’informer dans un contexte nouveau. Le journal télévisé est partagé avec Orléans et Nantes, porté par Rennes le vendredi et samedi. Notre site cartonne, les équipes qui le font vivre ont été doublées. Nos liens avec les citoyens vont se renforcer. Il va ressortir de cette épreuve du positif, dans la ligne de nos enquêtes de terrain avant les municipales, avec notre fameux Combi. »

Louis Echelard, président du directoire d’Ouest-France, dans son éditorial du 18 mars

« Pour permettre une plus large diffusion de l’actualité de nos territoires, nous avons décidé de réaliser chaque jour des éditions départementales. Nous entendons être très attentifs à toutes les questions que pose la mise en place des mesures de confinement. Partout des situations de vie quotidienne sont bouleversées. Comment y faire face? « Nos journaux et nos publications papier et numériques ne seront plus les mêmes. Ils s’adapteront à une richesse de l’actualité altérée par le ralentissement de la vie associative, communale, économique. Beaucoup de nos lecteurs souhaitent échanger sur les idées et les solutions originales pour mieux s’organiser dans ce moment inédit. Nous leur donnerons la parole ».Ouest-France a invité ses lecteurs à faire connaître leurs initiatives ou propositions, par courrier ou sur les groupes Facebook intitulés « Entraide Coronavirus, ou sur Twitter #(nom de ville) Entraide OF. Le journal s’associe aussi à Allo voisins, plateforme de relations entre particuliers.

Philippe Créhange, rédacteur en chef du Mensuel de Rennes, grand reporter au Télégramme

« Depuis le 16 mars, pas question pour chacun des membres de l’équipe d’abandonner son poste. La question ne se pose même pas, nous continuerons d’informer. Côté Télégramme, comment continuer à alimenter un flux d’informations, alors que nous sommes confinés chez nous, souvent avec des enfants d’âge scolaire? « Grâce à son nouveau système éditorial, le journal est en capacité d’alimenter plus rapidement et à distance web et print. Parfois, il faut, avec toutes les précautions requises, continuer d’aller sur le terrain, rédacteurs et photographes. Au fil des jours, avec la chape de plomb qui s’installe, cela se complique. Jusqu’à ce reportage ultime, au plus près des soignants du CHU de Rennes, qui nous ouvre pour la dernière fois les portes du service réanimation, avant la vague épidémique redoutée. Reportage effectué avec une certaine boule au ventre, apaisée par l’admiration du travail des soignants. « Mais quid du Mensuel d’avril, avec une contrainte liée à son format: des délais de bouclage plus longs et contraints? Prévoir l’imprévisible pour être dans le tempo, lors de la sortie. Autour du directeur, Killian Tribouillard, les conférences de rédaction s’enchaînent, les sujets, la pagination bougent sans cesse. Jamais le chemin de fer n’a été autant modifié, si près de l’échéance. Nous mesurons en ce moment le professionnalisme de notre équipe. Enfin, j’aurai une pensée pour tous les journalistes d’information locale, qui poursuivent leur travail de terrain. Restez prudents ! »