[Edito] Nouveau schéma de maintien de l’ordre : vigilance !

Depuis sa création en 1974, le Club de la presse de Bretagne a toujours défendu la liberté d’informer.

Cette mission est bien distincte du rôle sans des organisations syndicales, chargées de représenter les journalistes devant les pouvoirs publics et dans les instances professionnelles. Elle n’en est pas moins fondamentale, comme l’a montré la décision du défenseurs des droits que nous avions saisi pur dénoncer les violences policières lors des manifestations contre la loi El Khomri.
Récemment, une quarantaine de sociétés de journalistes ont dénoncé « un feu vert accordé par le ministère de l’Intérieur aux forces de l’ordre pour empêcher les journalistes de rendre compte pleinement des manifestations ». Ce « schéma national de maintien de l’ordre », qui acte l’obligation, pour les journalistes comme pour les observateurs mandatés par les ONG, de se disperser en cas de sommation, sauf à risquer des poursuites.
Bien que le ministre de l’Intérieur ait voulu minimiser la portée du nouveau schéma, le Club de la Presse de Bretagne reste attentif à tout ce qui pourra empêcher les journalistes de faire leur travail en toutes circonstances. En accord avec d’autres Clubs de la Presse, et en particulier celui d’Occitanie, nous exprimons notre préoccupation et nous relayerons les démarches et actions entreprises par les syndicats et sociétés de rédacteurs pour obtenir les précisions et garanties nécessaires.

Stéphane De Vendeuvre et Paul Goupil,
coprésidents du Club de la Presse de Bretagne