Jamais autant de journalistes n’ont été emprisonnés

Alors que les chiffres montrent « un renforcement dictatorial dans le monde », le nombre de journalistes tués dans le monde a baissé à 46, chiffre le plus bas depuis 2003. Avec deux explications: des conflits moins intenses et une mobilisation des défenseurs de la liberté de la presse. En revanche, le nombre de journalistes et de collaborateurs de médias en prison a augmenté de 20% en un an. Trois pays en sont particulièrement responsables: la Birmanie où la junte a repris le pouvoir en février, la Biélorussie avec le dictateur Loukachenko et la Chine qui renforce toujours plus la répression sur Hong-Kong.

Soixante journalistes femmes sont en détention, en hausse d’un tiers par rapport à 2020.

Les journalistes retenus en otages ont été enlevés en Syrie (44), Irak (11), Yémen (9), ou au Mali, comme le Français Olivier Dubois, correspondant de Libération et du Point. Son portrait figure sur la grille de notre Club en liaison avec RSF et la Ville de Rennes. La majeure partie des otages est aux mains du Groupe Etat Islamique.