Khaled Drareni recouvre une liberté… provisoire : le Club de la Presse de Bretagne et la ville de Rennes poursuivent leur action de soutien

Depuis plusieurs mois, le Club de la Presse de Bretagne et la ville de Rennes soutiennent la campagne de Reporters sans frontière (RSF) pour obtenir la libération du journaliste algérien Khaled Drareni. Incarcéré depuis le 29 mars 2020, notre confrère vient d’être libéré… provisoirement. La banderole appelant à « la liberté pour Khaled » restera accrochée au siège de l’association jusqu’à sa libération définitive.

Enfin ! Un peu plus de cinq mois après avoir été condamné en appel à deux ans de prison pour « incitation à attroupement non armé » et « atteinte à l’unité nationale », Khaled Drareni vient de recouvrer la liberté. Il a quitté dans la soirée de vendredi, la prison de Koléa.

Depuis son arrestation, le 29 mars dernier alors qu’il couvrait le mouvement de contestation du Hirak, l’équipe de Reporters sans frontières et les membres de son comité de soutien se sont battus pour maintenir la pression sur les autorités algériennes afin d’obtenir au plus vite sa libération.

C’est désormais chose faite, puisque le fondateur du site d’informations Casbah Tribune et par ailleurs correspondant de RSF et de TV5 Monde a bénéficié de la grâce présidentielle accordée à quelque 55 personnes par le président algérien Abdelmadjid Tebboune, juste avant la célébration du deuxième anniversaire du Hirak.

Cette victoire laisse cependant un goût amer, puisque Khaled Drareni ne bénéficie que d’une mesure de « liberté provisoire ». Celui qui est devenu le symbole du combat pour la liberté de la presse en Algérie attend en effet une décision de la Cour suprême le 25 février sur son pourvoi en cassation.

Une raison supplémentaire pour ne pas baisser les bras. Fidèle à sa vocation de défendre la liberté de la presse et de soutenir les libertés d’expression et d’information le Club de la Presse de Bretagne, avec la ville de Rennes, continuera donc à relayer la campagne de sensibilisation de Reporters sans frontière pour obtenir la libération définitive de Khaled Drareni. La banderole #Freekhaled restera donc accrochée sur les grilles du Club de la Presse de Bretagne, 7 rue Martenot, à Rennes, jusqu’à ce que Khaled Drareni soit définitivement libéré et que son innocence soit reconnue.