La Maison des lanceurs d’alerte met en relation journalistes et lanceurs d’alerte

C’est une association nationale avec des administrateurs en Bretagne. La Maison des lanceurs d’alerte (MLA) œuvre pour une meilleure protection des lanceurs d’alerte et leur propose un accompagnement juridique, psychologique et financier. Elle donne des conseils sur les procédures à respecter, le moment où la médiatisation est justifiée, les bonnes pratiques pour ne pas mettre en danger les sources internes etc…

Avec 35 organisations, dont trois syndicats de journalistes et le collectif « Informer n’est pas un délit », la MLA soutient la proposition de loi visant à améliorer la protection des lanceurs d’alerte (écologie, droits de l’homme, santé…). Elle cherche notamment à lever l’obligation actuelle de lancer l’alerte d’abord en interne, et à laisser la possibilité, conformément au droit européen, de saisir directement les autorités compétentes, voire la presse. La proposition prévoit une immunité pénale pour les poursuites dont peuvent faire l’objet les lanceurs d’alerte. Elle prévoit aussi un renforcement du rôle du Défenseur des droits en la matière.

Un article rédigé par Blandine Sillard, chargée du développement et de la communication de l’association, sur le site de Global Investigative Journalism Network éclaire sur ce point : « Cinq conseils pour travailler avec des lanceurs d’alerte en France »