« La mise en avant de l’égalité sous toutes ses formes est une lame de fond »

Trois questions à Virginie Enée, pilote du réseau Egalités à Ouest France

Parmi les actions mises en place : la newsletter Egalités (gratuite) à destination des lecteurs.trices de Ouest-France

Comment est né le Réseau Egalités au sein du groupe Ouest-France ?

– Il y a trois ans, un groupe d’une dizaine de journalistes a proposé à la rédaction en chef de mesurer la place des femmes dans le contenu éditorial du journal.
Un baromètre a été mis en place pour évaluer leur présence en tant qu’expertes, leurs représentations dans les photos et articles dans les pages d’informations générales et régionales. Avec seulement 25% d’expertes et 30% de citations émanant de femmes, le constat était sévère. C’était clairement un appel à faire évoluer nos pratiques.

Comment ce groupe a-t-il travaillé ? Quels sont les premiers résultats ?

– Il s’est d’abord élargi à 35 journalistes, femmes et hommes. Pendant six mois, le groupe s’est réuni pour travailler sur diverses thématiques liées à l’égalité : la place des femmes dans les photos, les concours de beauté, les violences faites aux femmes… Il a remis l’ensemble de ses préconisations à la rédaction en chef fin 2019 et une charte a été éditée et diffusée à toutes les rédactions début 2020. Nous avons aussi organisé des sessions de formation pour une écriture non sexiste dans toutes les rédactions.
Nous avons choisi de nous concentrer sur l’éditorial, considérant que l’évolution des carrières relevait de la DRH et des négociations syndicales.
Le baromètre s’est étoffé. Il a déjà fait apparaître une progression de la parole d’expertes, qui représentent maintenant 32% des interventions. L’ensemble des résultats seront présentés aux lecteurs début 2022. Nous avons constitué un annuaire national des expertes, accessible à tous les journalistes du groupe. L’étape suivante est la constitution d’un annuaire des expertes Ouest-France.
Le réseau s’est également étoffé et compte actuellement 70 membres, dont au moins un par département.

Ce réseau est-il un modèle duplicable ?

– Nous avons sans doute été les premiers à aller aussi loin dans la démarche au sein de la PQR. Mais les lignes bougent : par exemple La Voix du Nord a démarré une réflexion et on note une évolution très nette sur les réseaux sociaux.
Il est indéniable que la mise en avant des égalités représente désormais un mouvement de fond.