Le « combat pour la presse » d’Eric Fottorino

Ce n’est pas un hasard : l’actualité croise souvent des tendances de fond. Le 30 mars, Les Clés de la presse titraient « Les marchands de presse au bord de la rupture ». Et d’expliquer :  » Certains marchands, dont la trésorerie est déjà exsangue, vont basculer dans une situation critique. S’ils ne parviennent pas à payer leur dépositaire, ce dernier pourrait ne plus les servir, entraînant la filière dans un domino tragique ». La messagerie Presstalis a certes reporté au 30 avril sa procédure de redressement, mais pourra-t-elle honorer l’échéance du complément de rémunération qu’elle doit aux marchands de presse ?

Pour comprendre, il faut lire le livre d’Eric Fottorino, ancien directeur du Monde, co-fondateur du 1 et de Zadig. « La presse est un combat de rue » (Editions de l’Aube). Dès avril 2018, le 1 publiait l’enquête de Philippe Kieffer sur la déroute de Presstalis, ex-NMPP (Nouvelles messageries de la presse parisienne), principal diffuseur de la presse en France. La relire aujourd’hui dans ce livre fait mesurer les effets conjugués de « l’irresponsabilité de dirigeants, l’impuissance d’autorités de régulation et l’ignorance ou la cécité volontaire des pouvoirs publics ».

Tout en donnant la parole à deux experts pessimistes quant à notre  » dépendance mondiale à l’égard de Facebook », Eric Scherer (France Télévisions) et Bruno Patino (Arte), Fottorino appelle à sauver les journaux, au moins « ceux qui prennent soin de leurs lecteurs ». « Le combat de rue à mener est celui d’une presse indépendante, crédible, assez solide pour traverser le temps sans céder à l’air du temps. »

Voilà pourquoi nous souhaitons inviter Eric Fottorino à venir en Bretagne, pour en débattre avec des journalistes et des citoyens qui partagent cet objectif.

Paul Goupil