« Le métier de journaliste est toujours aussi essentiel » Trois questions à Pierre-Henri Allain

Correspondant jusqu’à ces dernières semaines pour Libération et l’agence Reuters, le journaliste rennais revient sur son parcours professionnel et sa nouvelle orientation d’écrivain.

De ces trente ans d’activité en Bretagne, que retenez-vous ?

“Essentiellement les événements qui ont marqué la région et qui m’ont touché sur le plan émotionnel comme professionnel. Marées noire et verte, incendie du Parlement, occupation de la ZAD de ND des Landes… je n’ai jamais douté de l’importance du travail de terrain. Amoureux « total » du reportage, j’y vois la racine même du métier. A l’heure des réseaux sociaux et de la circulation accélérée de l’information, il me paraît toujours aussi essentiel de vérifier les sources, d’enquêter, de recueillir les témoignages …”

Comment avez-vous perçu les changements dans l’exercice du métier ?

“La révolution numérique a bien sûr tout bouleversé. Elle a modifié la manière de transmettre les informations. Internet propose aussi une banque d’archives phénoménale. L’arrivée des chaînes d’information en continu, l’explosion des réseaux sociaux ont donné une couleur particulière à notre travail. Le moindre fait divers mis en exergue nous impose de savoir prendre du recul, même si on parle toujours avec sa culture, ses convictions, ses valeurs…”

Votre envie d’écriture au long cours va -t-elle se traduire par la publication de longues enquêtes ?

“Je vais m’orienter vers un travail plus personnel, pour le plaisir de me laisser aller à l’écriture, de manière plus libre. Même si je garde ma démarche d’enquête journalistique, j’ai envie de raconter une histoire autour d’un personnage à travers le prisme de mon vécu. Ce qui va me guider, c’est toujours la rencontre, avec un sujet et, comme pour mon dernier ouvrage, un photographe, un éditeur, et un public.

Dernier ouvrage publié: “Ciel d’orage”, photographies de Richard Dumas, éditions Mediapop

Recueilli par Clotilde Chéron.