Pas de concession sur la liberté d’expression

La décapitation de Samuel Paty, professeur d’histoire-géographie et d’éducation morale et civique, suscite la sidération. Comment et pourquoi en sommes-nous arrivées là ? Les réponses sont multiples, et beaucoup concernent des problématiques étrangères au champ d’action du Club de la Presse et de Bretagne. Aucune ne peut être mise de côté.

Acteur de l’éducation aux médias et à l’information (EMI) depuis de nombreuses années, le Club de la Presse de Bretagne a accentué ses interventions à la suite des attentats de janvier 2015 à Paris, et à commencer par celui de Charlie Hebdo. Déjà à l’époque, la remise en cause de la liberté d’expression par ces meurtres sauvages avait suscité l’émoi. Il s’en est suivi la démultiplication d’interventions en EMI, avec l’appui volontariste et les moyens importants des pouvoirs publics (ministère de la Culture, ministère de la Cohésion territoriale, ministère de l’Intérieur, ministère des Solidarités, Collectivités locales…), qu’il faut saluer. Rien ne serait possible sans cette mobilisation générale.

Sur la seule année 2019, le Club de la Presse de Bretagne a dispensé près de 1 000 heures, essentiellement en milieu scolaire sur l’ensemble de la région, soit plus de 500 élèves. Pour 2020, la COVID-19 a obligé à réduire la voilure, mais en 2021 ce sont plus de 1 500 heures qui devraient être assurées par des journalistes adhérents. Cette fois dans ce volume d’heures, ce ne sont pas seulement les jeunes qui sont privilégiés, mais aussi les adultes. Près de 1 000 personnes seront concernées ! C’est beaucoup, et en même temps pas assez, tant il reste à faire face à ce monde en absurdie.

L’assassinat barbare de Samuel Paty montre que l’éducation aux médias ne peut plus se limiter aux jeunes ou à des populations ciblées. Elle doit s’adresser à toutes les couches de la société, tous les âges pour redonner du sens à des concepts immatériels qui forgent les valeurs républicaines de notre pays, mais bon nombre de nos concitoyens n’en comprennent plus les tenants et aboutissants. Et à commencer par le rôle de la presse : une pierre angulaire du vivre ensemble

  • qui fait le lien entre chaque individu sans distinction et exclusion
  • qui permet de confronter les opinions
  • qui favorise le dialogue, le débat
  • qui donne à chacun la possibilité d’exprimer sa différence mais aussi d’entendre les différences des autres, de les comprendre…

Bref, un médiateur qui permet à chacun de se forger sa propre conviction. Qui dans la population sait encore comment cela se construit chaque jour ?

Tout cela suppose une liberté d’expression dont on ne peut accepter aucune concession dans son expression. La sauvagerie dont a été victime Samuel Paty, n’est pas arrivée au hasard. Elle fait suite à une campagne de lobbying auprès du ministère de l’Éducation nationale et une vindicte sur les réseaux sociaux visant à renier les principes fondamentaux de cette liberté. Et d’autres enseignants ont déjà eu à subir de telle campagne contre leur nécessaire travail d’éveil des consciences et de construction d’un esprit critique sur la société qui entoure chaque jeune. Chaque adulte doit l’accepter. Mais peut être faut-il lui réexpliquer pourquoi c’est non négociable et attaché aux principes républicains.

Comme en 2015, le Club de la Presse de Bretagne se veut intransigeant sur la liberté d’expression et la liberté de la presse. Cela vaut pour tous les sujets, qu’il s’agisse de religion, d’économie, de politique, de santé, de sport… Chacune, chacun, où qu’ils soient, a le devoir d’empêcher tout acte qui vise à faire taire. La mort est l’oeuvre la plus violente. D’autres moyens plus indolores, peu spectaculaires, continuent d’exister pour contraindre au silence. Oui à la critique ! Oui à la contradiction ! Oui au débat ! Oui à la satire ! Oui à l’humour acide ! Oui à la provocation ! Oui au blasphème ! Non à la diffamation ! Non au racisme ! Non à l’humiliation ! Non au sectarisme ! Non à l’obscurantisme ! Redonnons ensemble de l’éclat aux Lumières.

Le Club de la Presse de Bretagne