Plan social en vue à la Voix du Nord

Le comité d’entreprise extraordinaire convoqué le mardi 10 janvier par le quotidien La voix du Nord illustre la crise profonde traversée par la presse quotidienne régionale. Selon Les Echos, qui révélaient l’information le 3 janvier, le quotidien lillois, contrôlé par le groupe belge Rossel, envisage de supprimer 178 postes d’ici à fin 2018, soit le quart de son effectif (710 salariés) dans le cadre d’un PSE (plan de sauvegarde de l’emploi) touchant tous les services de l’entreprise, sauf l’informatique. La réorganisation profonde qui doit être détaillée aujourd’hui vise à engager la mutation numérique du journal. Troisième quotidien régional français, La voix du Nord  subit comme ses concurrents l’érosion de ses ventes et le vieillissement de son lectorat traditionnel. Plus du tiers de ses lecteurs est âgé de plus de 60 ans, et la diffusion du titre a baissé de 16% en 5 ans, à 217 000 exemplaires en moyenne quotidienne. Dégradée, la situation financière du groupe demeurait toutefois positive en 2015, mais les chiffres 2016 ne sont pas encore connus.