Jean-Michel Le Guennec, directeur régional de France 3 Bretagne: « Notre chaîne retrouve une autonomie de gestion et de décision »

Nommé directeur régional de France 3 Bretagne dans le cadre de la réorganisation annoncée la semaine dernière, Jean-Michel Le Guennec précises les enjeux de cette réforme et les ambitions éditoriales de la chaîne, sans oublier le numérique, axe stratégique majeur.

France 3 a annoncé le 3 janvier une réforme de son réseau régional. Quels sont les objectifs visés par cette réorganisation ?
JEAN-MICHEL LE GUENNEC – Il y a d’abord une raison externe : la réforme territoriale nationale a redéfini les périmètres des régions, avec la création de douze grandes régions. Nous avons souhaité disposer d’une offre régionale qui colle aux nouveaux territoires. S’y ajoute une raison interne : depuis sept ans et jusqu’au 31 décembre dernier, il existait quatre grands pôles de gouvernance qui coiffaient des directions interrégionales auxquelles étaient rattachées les 24 rédactions régionales du réseau. J’étais pour ma part le directeur de l’un de ces pôles, France 3 Nord Ouest, depuis septembre 2015.
Nous nous sommes progressivement rendus compte qu’il s’agissait sans doute d’un échelon de trop entre les antennes et le national. L’idée de la réorganisation, c’est clairement de rapprocher le centre de gravité des décisions, en supprimant une strate intermédiaire. Ainsi, depuis le 1er janvier, nous avons 12 directions régionales calquées sur les nouvelles régions. Pour la Bretagne, dont les frontières administratives n’ont pas été modifiées par la réforme territoriale, cela signifie que nous retrouvons une autonomie de gestion et de décision, avec un budget régional dédié. Cela reflète également une plus grande responsabilisation de l’encadrement régional.

Quels sont vos ambitions éditoriales dans ce nouveau contexte ?
Le Contrat d’objectifs et de moyens, signé entre France Télévisions et l’État pour les quatre prochaines années, prévoit un doublement de l’offre régionale sur cette période. Nous allons développer des offres de réseaux, à travers des programmes coproduits par les régions, comme le magazine économique mensuel In Situ, dont les reportages sont réalisés par les antennes. Nous voulons actionner tous les curseurs, en développant des offres récurrentes ou de l’événementiel. Au cours des prochaines années, nous avons l’ambition de produire davantage de contenus régionaux que l’année précédente. Nous souhaitons également proposer des thématiques nouvelles, dans le champ économique, culturel et sportif. Le chantier s’ouvre à peine !

France 3 insiste sur le numérique pour répondre aux nouvelles attentes des publics. Avec quels moyens ?
Nous venons effectivement d’annoncer que nous réorganisons nos services numériques. Chaque direction régionale comprend désormais un délégué au numérique qui a une fonction transverse et intervient sur l’ensemble des réseaux numériques, pas seulement le web, bien sûr, mais aussi les réseaux sociaux, nos applications dédiées…. Ici à France 3 Bretagne, il s’agit de Stéphane Grammont, qui était jusqu’à présent pilote web. Côté information, le journaliste Thierry Peigné est nommé chef web info et il est rattaché au rédacteur en chef Romuald Bonnant, avec pour rôle de faire vivre l’information sur les supports numériques. Notre objectif, c’est clairement que le numérique soit un processus transversal à toute notre organisation. On regarde désormais France 3 de manière délinéarisée. Mais le numérique n’est pas que le simple prolongement de l’antenne, il doit être innovant. Nous prendrons des initiatives en ce sens dans les semaines qui viennent.

Propos recueillis par Xavier Debontride