Valider son expérience de journaliste pour sécuriser son parcours

On peut s’en étonner, la VAE (validation des acquis de l’expérience) est un droit peu utilisé chez les journalistes (29 en 2014!), alors qu’elle est un outil privilégié pour sécuriser un parcours professionnel, notamment chez les pigistes. Le manque de temps, la complexité administrative et la lenteur du processus sont les raisons les plus souvent invoquées. Bruno Crozat et Laurent Poillot  avaient lancé en 2014 un premier programme de VAE en Rhône-Alpes, associant leur société coopérative ILLYA, les universités de Grenoble et Lyon 2, l’AFDAS qui finance la formation continue pour les secteurs de la culture et de la communication, et l’association nationale des pigistes. Ils élargissent cette année la démarche à la Bretagne et aux Pays de Loire.
Avec l’appui efficace du service de formation continue de Rennes 1, un groupe de 7 candidats va peaufiner un dossier ouvrant le passage devant un jury qui dira si leur expérience permet la validation d’un diplôme national: licence professionnelle ou master de journalisme. Laurent Poillot insiste sur le travail en groupe qui préparera les candidats à la validation: « En collectif, la motivation est supérieure et la réussite atteint  95%, pour seulement 60% en individuel. » Chez les pigistes, la validation va booster une carrière, ou donner une expertise qui peut permettre une reconversion. » Nous voulons susciter une motivation collective, en débarrassant les candidats des soucis administratifs, sans charge financière pour eux. »La VAE, c’est un travail en profondeur, accompagné pendant six mois. »On apprend de son expérience et, quel que soit le choix ultérieur qu’on va faire, on le fera en connaissance de cause. »
Renseignements sur le site de Rennes 1, service de formation continu
Si vous êtes intéressé par la VAE, n’hésitez à contacter Laurent Poillot (lpoillot@yahoo.fr) ou le Club de la presse pour avoir plus d’informations.